M

Michèle Cotta, une « vieille branche » férue de politique

Comment Emmanuel Macron a-t-il réussi à accéder à la fonction présidentielle ? Les rapports entre sexe et politique ont-ils évolué au fil des années ? Michèle Cotta, journaliste politique et écrivaine, raconte son parcours et livre son point de vue sur l’actualité.

On raconte de Michèle Cotta, journaliste politique, et de sa collègue Catherine Nay, qu’elles ont fait de la séduction une technique d’investigation pour obtenir des informations d’hommes politiques lorsqu’elles travaillaient à L’Express. « Cliché sexiste », répond Michèle Cotta de but en blanc au micro d’Aude Lorriaux dans ce nouvel épisode de Vieille Branche. L’émission, produite par le studio Nouvelles Ecoutes, s’intéresse deux fois par mois à des personnalités de la politique, des idées, de la culture ou des arts. Avec une particularité : elles ont toutes plus de 75 ans.

Du haut de son parcours impressionnant  outre L’Express, elle est passée par France Inter, Europe 1, RTL, TF1 et France 2 et a présidé Radio France ainsi que la Haute Autorité de la communication audiovisuelle, ancêtre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) Michèle Cotta propose son regard sur l’actualité. Emmanuel Macron, d’abord : un homme froid et calculateur, ce qui dans sa bouche est moins un reproche qu’une analyse. Après tout, rappelle-t-elle, on ne devient pas président de la république par hasard.

Quand les femmes sont à la tête d’un journal, elles recrutent des femmes autant que des hommes.

Le mouvement #MeToo, également : elle défend sans réserve la libération de la parole des femmes, qui obligera selon elle les hommes à mieux se comporter. Elle opère toutefois une distinction suprenante entre les victimes qui seraient en position de dénoncer le harcèlement sexuel de leur supérieur, comme les assistantes parlementaires, et celles qui, parce qu’elles se situent en bas de l’échelle économique et sociale, seraient contraintes au silence. Or, les mécanismes du harcèlement sont complexes et la peur des représailles concerne tous les milieux sociaux. Ainsi, bien que des femmes se soient exprimées sur le sexisme qui gangrène l’Assemblée nationale – et sur une liste noire de députés à éviter dans l’ascenseur ! aucun nom n’a jamais été évoqué publiquement. Tout est dit…

Si on n’est pas toujours d’accord avec Michèle Cotta, notamment sur le CSA qui, selon elle, s’immisce trop souvent dans le travail des journalistes – on aurait quand même aimé qu’elle saisisse la perche tendue par Aude Lorriaux et qu’elle rappelle que Cyril Hanouna n’est pas journaliste – la conversation accroche et interpelle. Une chose est sûre : on continuera à lire et entendre les analyses de Michèle Cotta… A 80 ans, la journaliste déborde d’énergie et de projets.

Ça s’écoute comment ?
Quand on veut s’extraire de la frénésie de l’actualité !

CategoriesEntretien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.