B

BoxSons visite le « frigo » de Libération, où dorment les nécrologies des célébrités

Pour BoxSons, Léa Minod s’est intéressée aux nécrologies des célébrités, soigneusement rangées dans des « frigos numériques ».

Que se passe-t-il dans la rédaction d’un grand quotidien national lorsqu’une célébrité décède ? Deux possibilités : soit les journalistes rédigent une nécrologie dans l’urgence, soit ils trouvent le papier déjà prêt dans leur frigo numérique. « On doit avoir une cinquantaine de nécros prêtes », explique Alexandra Schwarzbrod, directrice adjointe de la rédaction de Libération, au micro de Léa Minod pour BoxSons. L’objectif ? Eviter de se laisser déborder.

Alexandra Schwarzbrod a un tic, explique-t-elle dans « Ecrire à mort » : elle prend sans arrêt la température des grandes personnalités pour commander des articles « froids », destinés à être publiés plus tard. A la mort de Johnny, pas de mauvaise surprise : le papier était écrit, la une déjà choisie. Ce n’est bien sûr pas le cas quand les morts sont accidentelles… ou que les journalistes ont du retard sur leurs « nécros ».

Si on ne saura pas quels papiers dorment dans le frigo de Libé –  « Je ne peux pas vous le dire, ça serait trop horrible », estime Alexandra Schwarzbrod – on apprécie cette courte virée dans les coulisses d’une grande rédaction. Ici, pas de cynisme : les nécrologies les plus fortes sont celles qui affectent le plus les journalistes.

Ça s’écoute comment ?
Dès que vous avez dix minutes… et un abonnement à BoxSons (à noter, il existe un tarif préférentiel pour les personnes de moins de 25 ans ou sans emploi).

CategoriesEntretien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *