P

Pourquoi certaines couvertures de livres sont moches

Sur quoi se base-t-on pour affirmer qu’une couverture de livre est ratée ? Existe-t-il des critères objectifs ? C’est l’objet du premier épisode d’Édition illimitée, nouveau podcast sur l’édition.

Si la couverture d’un livre est si importante pour un éditeur, c’est parce qu’elle est chargée d’une mission : attirer le flâneur, le pousser à lire la quatrième de couverture… et peut-être, enfin, à acheter. Elle doit plaire, bien sûr, mais également renseigner sur son contenu : les polars privilégient le noir, les essais de développement personnel misent sur des couleurs douces, les romans de heroic fantasy usent et abusent du violet…

Malgré ce cahier des charges très précis, il faut l’admettre : certaines couvertures de livres sont moches. C’est en tout cas l’avis de Karen, Gaëlle (libraire) et Inès (éditrice dans une maison d’édition jeunesse) dans ce premier épisode d’Édition illimitée, un podcast prometteur qui explore le monde de l’édition. Bien sûr, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas… Mais les trois passionnées affirment qu’il y existe des critères objectifs pour déclarer, sans une once d’hésitation, qu’une couverture est ratée.

En fait, la discussion n’échappe pas aux confrontations – toujours bienveillantes – d’avis subjectifs. On ne saura donc pas si les vieilles couvertures des romans de Boris Vian relèvent du génie ou du mauvais goût, les animatrices n’étant pas d’accord entre elles… Mais on apprend beaucoup de choses et on s’amuse des anecdotes dont recèle la conversation. Pas facile avec un sujet visuel par définition…

Et vous, quelles sont les couvertures de livres que vous trouvez moches ? Dites-le nous en commentaire ou sur les réseaux sociaux !

CategoriesTalk Show

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.