S

Sur le divan : un podcast nous invite chez le psy

Dans Mon cul, ma psy et moi, le podcast estival de MadmoiZelle, Louise Pétrouchka nous propose de nous glisser par le trou de la serrure et d’écouter une séance chez la psy.

Vous avez toujours rêvé de devenir invisible, de pousser la porte d’un cabinet de psy et de surprendre une séance ? Si oui, alors Mon cul, ma psy et moi, le nouveau podcast de MadmoiZelle, devrait rapidement devenir votre production estivale préférée. Et même si cette idée ne vous a jamais effleuré·e, les échanges entre Emma et sa thérapeute Nina Luka pourraient quand même vous chambouler.

A l’origine de ces séances, une rupture amoureuse difficile qu’Emma veut surmonter de la meilleure façon possible. Pour cela, elle doit reprendre confiance en elle et se réapproprier son corps et sa sexualité. A sa psychologue, qui la guide avec douceur et bienveillance, elle confie sa tristesse, ses blocages, son envie de vivre une vie épanouie sans craindre le regard des autres.

Le micro ? On dirait qu’elle l’a presque oublié.

Enregistrer une séance chez le psy : bonne idée ou voyeurisme ?

Bien sûr, ce podcast peut aussi mettre mal à l’aise. Sur le forum de MadmoiZelle, si la plupart des lectrices se montrent très enthousiastes, certaines accusent le webzine de voyeurisme et reprochent à la psychologue de faire une grave entorse à la déontologie. D’autres considèrent que la présence d’un micro incite la patiente à l’autocensure, faussant l’authenticité des séances.

Des critiques que comprend très bien Louise Pétrouchka, l’hôte de l’émission. Mais elle relativise : « Les deux parties sont consentantes. Elles étaient seules au moment des enregistrements et on a débriefé chaque séance pour être sûr qu’elles étaient toujours à l’aise avec le procédé et qu’elles souhaitaient continuer. »

De son côté, Emma assure que le niveau de confiance vis-à-vis de sa thérapeute était tel qu’elle a vite oublié le micro. « S’il vous plaît, n’ajoutez pas de la honte alors que justement, j’essaie de m’en libérer parce que c’est un sentiment toxique et limitant », insiste-t-elle.

Qu’on aime ou pas, Mon cul, ma psy et moi ne devrait pas laisser indifférent·e. Et vous, qu’avez-vous pensé du podcast ? Dites-le nous en commentaire ou sur les réseaux sociaux!

CategoriesDocu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.