A

Arte Radio célèbre un an de #MeToo

A l’occasion du premier anniversaire des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, Arte Radio sort deux excellents podcasts qui apportent un point de vue original sur le sujet.

C’était il y a déjà un an : l’affaire Harvey Weinstein éclatait aux Etats-Unis. Sous la plume de journalistes du New York Times et du New Yorker, ses nombreuses victimes révélaient le harcèlement sexuel, les agressions, les viols de cet homme qui régnait sur Hollywood.

D’autres femmes, des centaines de milliers d’anonymes, ont alors décidé de sortir de leur silence et de raconter publiquement ce qu’elles avaient subi, elles aussi. Les hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc sont devenus des bannières.

Un an plus tard, Arte Radio, toujours en pointe des luttes féministes, sort deux podcasts aussi bouleversants qu’indispensables sur la réflexion post-MeToo. 

Charlotte Bienaimé veut une justice pour toutes

Dans « Justice pour toutes », onzième épisode de la géniale émission Un Podcast à soi, Charlotte Bienaimé s’intéresse au traitement policier et judiciaire des violences faites aux femmes. « Avec MeToo, j’entends aussi souvent les reproches : pourquoi n’ont-elles pas porté plainte ? (…) Au-delà de ma sidération face aux reproches adressés à ces femmes qui osent parler, j’ai eu envie de répondre, ou plutôt de m’interroger autrement. Comment sont prises en charge les femmes victimes de violences dans les commissariats, les gendarmeries, les tribunaux et les hôpitaux ? »

Illustration : Anna Wanda Gogusey

C’est l’occasion d’explorer les failles d’un système qui doute davantage de la parole des femmes qu’il ne les soutient. Lors de dépôts de plainte, certains policiers ou gendarmes font aux victimes des remarques qui font froid dans le dos… Alors, comment changer cela ? Ce podcast donne des pistes de réflexion pour faire évoluer la société dans le bon sens.

Anouk Perry retrouve son porc

Et si le mouvement #MeToo avait pu faire bouger des lignes ? Si, à défaut d’effacer ce que tant de femmes ont subi, il avait fait prendre conscience à des hommes qu’ils avaient eu des comportements inacceptables ? 

Illustration : Quentin Zuttion

Dans ce dialogue entre Anouk Perry et un garçon qui, au lycée, s’est mal comporté avec elle, on entrevoit comment les choses peuvent et doivent changer. « Les magazines que je lisais à l’époque encourageaient les femmes à plaire à leurs hommes », se souvient Anouk. « On y expliquait jamais que j’avais le droit de dire non, même si j’avais dit oui, et même si le mec bandait déjà. Et si j’avais eu cette éducation au consentement, est-ce que tout aurait été différent ? »

En face, Damien, repenti, montre le chemin parcouru depuis un an : « Je sais que j’ai fait des choses problématiques et graves », admet-il. « Je fais partie du problème. »

Et maintenant, on fait quoi ? se demande Anouk Perry.

D’abord, on écoute ces deux formidables podcasts. 

CategoriesDocu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.