&

“1000 degrés”, podcast d’investigation soutenu par Audible, sera-t-il le nouveau Serial ?

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat rémunéré avec Audible. Evidemment, je souscris entièrement à ce que j’y ai écrit. 

Attention, on tient sans doute le nouveau Serial : au printemps prochain sortira 1000 degrés, un podcast d’investigation sur une affaire criminelle qui devrait exciter votre curiosité. Réalisée par deux journalistes indépendantes, cette enquête est rendue possible par Audible, qui sponsorise la série.

Un matin de décembre 1994, alors que Joseph et Dominique Hernandez ouvraient un colis déposé devant leur petite entreprise, à Portet-sur-Garonne, une boule de feu de plus de 1000 degrés leur a sauté au visage. Le couple, grièvement blessé, a été transporté à l’hôpital. S’ils ont survécu, ils sont restés défigurés à jamais.

Immédiatement, les soupçons se sont portés sur Daniel Massé : cet homme de 50 ans, avec qui ils étaient en affaire, avait alors un différend financier avec eux. Acquitté en première instance, il a été condamné lors d’un second procès. En effet, la réforme autorisant le procureur général à faire appel d’un acquittement venait tout juste d’entrer en vigueur : c’est justement à l’occasion de cette affaire qu’elle a été exploitée pour la première fois.

Récemment libéré, l’homme qui vient de passer quinze ans en prison continue de clamer son innocence. Selon lui, il a été la victime d’un complot. L’affaire a également bouleversé deux familles. Celle des Hernandez, bien sûr, mais aussi celle de Massé puisque les membres de sa propre famille se sont déchirés : alors que ses enfants étaient persuadés de l’innocence de leur père, l’épouse du condamné croyait ferme en sa culpabilité.

Près de vingt-cinq ans plus tard, aucune des personnes impliquées dans cette affaire n’est véritablement apaisée. Dominique Hernandez, elle, est décédée d’un cancer.

Est-ce que le tribunal a condamné Daniel Massé à tort ? Comment s’est déroulée la procédure ? Et surtout, qu’est-ce que cette affaire et sa résolution révèlent du fonctionnement de la justice française – et de ses failles ?

1000 degrés, un podcast d’investigation à la française

Les journalistes Emilie Denètre et Adèle Humbert ont décidé de mener l’enquête, dans un podcast à paraître au printemps 2019. Leur ambition : retracer le déroulement de la procédure, dossier d’instruction à l’appui. Comme dans Serial, la série audio qui a fait exploser le podcast aux Etats-Unis, 1000 degrés sera construit dans un équilibre entre les styles narratif et journalistique et ménagera le suspense.

Toujours comme son aîné américain, il s’inscrit dans la tendance des true-crime podcasts : ces contre-enquêtes sur de véritables affaires criminelles passionnent outre-Atlantique. Enfin, conformément aux modèles du genre, les journalistes embarqueront les auditeurs dans les coulissent de leur enquête, informant autant sur les faits eux-mêmes que sur leur manière de travailler.

Mais les créatrices se démarquent en partie du modèle Serial. Contrairement à l’affaire qui a occupé Sarah Koenig et des millions d’Américains et d’auditeurs à travers le monde, les dix épisodes de vingt minutes feront l’autopsie d’une enquête à la française. “Ici, contrairement au système judiciaire aux Etats-Unis, le juge d’instruction enquête à charge et à décharge”, indique Emilie.

Adèle et Emilie ne sont pas inconnues dans le monde du documentaire audio : elles ont notamment signé Les petits revenants, une mini-série sur des familles bouleversées par le départ en Syrie de leurs enfants et petits enfants. Produit par BoxSons, le podcast a notamment reçu le prix franco-allemand du journalisme 2018.

“Je me suis formée aux techniques du podcast et au journalisme d’investigation pendant mon master à Columbia”, précise Adèle, juriste de formation. “J’ai également travaillé au Centre d’investigation à Chicago, pour lequel j’ai enquêté sur une femme condamnée pour le meurtre de son bébé. Le podcast, qui s’appelle Shaken, a permis de rouvrir l’affaire.”

Audible, sponsor et distributeur du podcast 1000 degrés

Cette fois, elles ont choisi de se lancer seules dans l’aventure, sans studio de production. Mais pour une série documentaire aussi ambitieuse, les deux jeunes femmes avaient besoin d’un sponsor. C’est Audible qui les a approchées : “Le concept nous a convaincus”, explique Constanze Stypula, directrice d’Audible France. “Lorsque nous choisissons les contenus que nous allons sponsoriser et distribuer sur notre plateforme, nous nous attachons à plusieurs critères, comme la qualité du son et l’originalité du contenu.”

Ce n’est pas tout. Généralement, l’entreprise de livres audio prend également en compte le nombre d’écoutes quand elle décide de sponsoriser un podcast : les heureux élus doivent afficher une certaine performance en termes d’audience. Mais elle n’hésite pas à faire des exceptions : c’est le cas pour Transfert, un podcast narratif produit par Slate – et aujourd’hui par le studio Louie Media – qu’Audible a décidé de soutenir dès 2016, avant même sa sortie. C’est le cas, également, pour 1000 degrés.

Concrètement, le sponsoring signifie qu’un membre d’Audible – Ketevan pour Transfert, Constanze pour Entre – présente son podcast coup de coeur en “pre-roll”, c’est-à-dire en début d’épisode. L’objectif : partager son enthousiasme pour l’émission, faire le lien entre deux types d’écoute (celles du podcast et du livre audio) et attirer les auditeurs vers la plateforme. Chaque annonce est ainsi personnalisée, ce qui convient au format intime du podcast.

Pourquoi Audible s’intéresse-t-elle au podcast ? “Je crois qu’il y a un pont entre le podcast et le livre audio”, souligne Constanze. “Non seulement pour les auditeurs, mais aussi pour les créateurs : je suis persuadée que les cibles sont congruentes, ce qui n’est pas forcément le cas pour la radio.” Actuellement, le catalogue de podcasts proposé par Audible est composé à moitié de productions de grands studios de podcasts, comme Louie Media ou Nouvelles Ecoutes, et pour l’autre moitié de créations complètement indépendantes – c’est le cas de Chiffon, le podcast mode de Valérie Tribes.

Une étude montre, en effet, que 71 % des auditeurs de podcasts écoutent des livres audio. Selon Constanze, bientôt, on ne distinguera même plus le podcast en tant que tel dans l’univers de l’audio. En effet, les différents formats sonores– podcast, livre audio, mais aussi coaching audio ou encore cours de langues – pourraient être réunis sous le terme unique d’audio parlé. Le critère de différenciation deviendra alors le modèle payant ou gratuit.

Cette proximité des formats sonores devrait bénéficier à Audible pour attirer les auditeurs de podcasts vers son catalogue de livres audio. “Devrait”, car on ne peut s’exprimer qu’au conditionnel : impossible de connaître le taux de conversion, c’est-à-dire le nombre d’auditeurs qui utilisent le service après avoir entendu une annonce publicitaire pour Audible en début d’épisode. C’est donc un pari que le fait le service en monétisant les podcasts natifs qu’il distribue sur son site.

La plateforme propose également un autre modèle économique : le contenu payant. Les créateurs peuvent en effet apposer un prix à leurs productions, laissant à l’auditeur le soin de les financer. Mais, pour fonctionner, le podcast doit évidemment être payant partout. Ce modèle reste toutefois très marginal dans les usages des podcasteurs.

Le fait que l’entreprise ait permis à Transfert et Entre, productions phares du podcast francophone, de voir le jour en fait un acteur incontournable du podcast. On souhaite le même succès à 1000 degrés… Réponse dans les mois à venir, quand la série débarquera dans nos applications de podcasts.

CategoriesDocu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.