E

Elles ont suivi l’Etat islamique : un podcast des Pieds sur Terre

Dans cette nouvelle saison de Ma fille sous influence, une série des Pieds sur Terre (France Culture), des jeunes femmes racontent comment elles ont été influencées par l’Etat islamique et comment elles gèrent l’après.

Elles s’appellent Amel, Hafsa, Olivia, Sara et Yasmine. Certains prénoms ont d’ailleurs été modifiés pour qu’elles ne soient pas reconnues. Elles ne se connaissent pas, mais ont en commun d’avoir été un jour tentées de rejoindre l’Etat islamique. Certaines y sont parvenues, d’autres sont restées sur le territoire français.

C’est la deuxième saison de Ma fille sous influence, produite par Les Pieds sur terre (France Culture). La première nous faisait suivre la lutte quotidienne d’une mère pour empêcher le départ de sa fille en Syrie. Cette fois, on découvre des portraits de femmes de l’autre côté du miroir, du côté de celles qui ont justement été influencées par la propagande de Daech.

Au coeur de cette influence, les réseaux sociaux. Facebook ou Twitter sont des outils de propagande pour les islamistes, mais aussi de recrutement et de rapprochement entre des jeunes filles récemment converties. Ce qui étonne, c’est la facilité avec laquelle ces liens se créent pour faciliter soit un départ, soit un attentat sur le sol occidental…

Ce qui surprend également, ce sont les mots d’Amel : “Pour moi, les exécutions, y avait rien de choquant. Il arrivait même que je regarde les vidéos sans que je ressente que c’étaient des hommes qui étaient en train de mourir. Ils le méritaient. Il n’adhèrent pas à ma religion, donc ils méritent de mourir.”

Trois de ces femmes ont pu effectivement rejoindre la Syrie et se marier sur place, avec un inconnu. Olivia, une Belge, a vite déchanté face à un quotidien qui ne ressemblait pas du tout à ce qu’elle avait imaginé. De retour en Europe, elle a été placée derrière les barreaux. De leur côté, Sara et Yasmine ne sont pas rentrées : Sara vit avec mari et enfants en Syrie, en zone libre, dans l’illégalité la plus totale. Yasmine, elle, est retenue avec sa fille dans un camp de réfugiés au nord-est de la Syrie.

Alors que le débat autour du retour des djihadistes français et belges fait rage, et que la question de l’accueil des enfants nés dans l’Etat islamique fait naître des questions complexes, cette série documentaire donne un aperçu de la situation de femmes qui ont toutes tourné la page du terrorisme. Troublant et passionnant.

CategoriesDocu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.