Documentaire Louie Media

Dans un podcast, Louie Media rompt le silence autour de l’inceste2 min read

18 septembre 2020 2 min read

author:

Dans un podcast, Louie Media rompt le silence autour de l’inceste2 min read

Temps de lecture : 2 minutes

Dans Ou peut-être une nuit, Charlotte Pudlowski lève le voile sur un tabou : celui de l’inceste.

Quand j’ai vu le sujet de la nouvelle saison d’Injustices, un podcast de Louie Media, je me suis dit que je ne pourrais pas l’écouter. Parce que Ou peut-être une nuit parle d’inceste, et que l’idée que des agressions sexuelles au sein du cercle familial puisse avoir cours est intolérable.

Et puis j’ai vu passer quelques commentaires d’auditeur.ices sur les réseaux, suite à la sortie des deux premiers épisodes. Ils ont éveillé ma curiosité au point que j’ai lancé le premier. J’ai écouté le deuxième dans la foulée.

Grand bien m’en a fait.

Car Ou peut-être une nuit ne parle pas d’inceste mais du silence qui l’entoure, et qui perpétue l’horreur subie par des milliers d’enfants. Ne pas écouter ce podcast, précisément à cause de son sujet, participe de ce mécanisme du silence.

« La plus grande énigme, ça a d’abord été : pourquoi un si long silence ? »

Charlotte Pudlowski, autrice de cette série et cofondatrice de Louie Media, donne un coup de ciseau dans ce tissu de non-dits, d’une façon à la fois délicate et franche. En partant de l’histoire de sa mère, elle détricote les raisons de son silence, de celui d’autres incesté.e.s, mais aussi celui des proches des agresseurs et des victimes.

Pour cette femme qui a fait de la parole son métier, il n’est plus question de se taire. Ne rien dire, c’est laisser les choses se faire, c’est entériner le statu quo. C’est agir comme si tout était normal. Le silence va au-delà des victimes qui, sidérées, sont incapables de dire « non » à leur agresseur, qui subissent des menaces quand elles veulent parler. Il s’étend dans toutes les strates de la société.

Au point d’en arriver à des statistiques qui font froid dans le dos : selon une enquête d’Harris interactive pour l’Association internationale des victimes de l’inceste, deux ou trois enfants par classe sont victimes d’inceste.

Si cette idée vous est insupportable, ce podcast est fait pour vous.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.