Actus

Le podcast Reply All mis en pause suite à des révélations sur une culture d’entreprise toxique4 min read

28 février 2021 3 min read

author:

Le podcast Reply All mis en pause suite à des révélations sur une culture d’entreprise toxique4 min read

Temps de lecture : 3 minutes

Reply All, le podcast historique de Gimlet Media sur la culture Internet, a été mis en pause quelques semaines après avoir commencé la diffusion de The Test Kitchen. Cette mini-série devait explorer le racisme structurel au sein du magazine culinaire Bon Appétit, plusieurs mois après la démission de son rédacteur en chef, accusé de discrimination vis-à-vis de ses employés non-blancs. A travers cette enquête, nourrie du témoignage de plusieurs anciens employés, la reporter Sruthi Pinnamaneni souhaitait montrer que Bon Appétit était loin d’être un cas isolé. Les auditeurs n’imaginaient pas à quel point.

Dans le deuxième épisode, Sruthi le reconnaît elle-même : Gimlet aussi a connu cette problématique. Et lorsque certains de ses salariés racisés ont décidé de monter un syndicat pour faire valoir leurs droits, la journaliste n’a pas rejoint l’initiative. C’est même l’inverse : “Quand j’en ai parlé, c’était pour dire que leur combat marchait sur mes plates-bandes. Ce n’est qu’au bout de huit mois de reportage sur Bon Appétit que j’ai réalisé à quel point j’avais eu tort”, admet-elle.

C’est même un euphémisme, à en croire les tweets d’Eric Eddings, anciennement producteur de Mogul et co-animateur de For Colored Nerds, deux émissions de Gimlet. Selon lui, Sruthi et PJ Vogt, co-fondateur de Reply All, auraient activement lutté contre les efforts de leurs collègues pour diversifier le personnel et les productions du média. PJ aurait harcelé certains membres à l’origine du projet de syndicat. Sruthi, de son côté, aurait organisé une réunion anti-syndicaliste.

Eric rappelle le contexte : l’équipe, qui produit le podcast le plus populaire de Gimlet et l’un des plus écoutés outre-Atlantique, bénéficiait d’un très grand pouvoir d’influence auprès de la direction. “C’est une clique”, affirme-t-il. “Une île”, renchérit Starlee Kine, créatrice du Mystery Show, remerciée par Gimlet après une saison. Elle souligne la “mise à distance physique” qui s’est rapidement créée entre Reply All et les autres employés, dans un climat aussi toxique que celui dénoncé chez Bon Appétit.

Le syndicat avait quand même réussi à voir le jour en 2019, dans la foulée du rachat de l’entreprise par Spotify pour la somme de 230 millions de dollars.

Suite à ces révélations, PJ et Sruthi ont publié des excuses sur leurs comptes Twitter respectifs. “J’ai profondément échoué en tant qu’allié à l’époque de la syndicalisation de Gimlet”, avoue PJ. “J’aurais dû réfléchir à ce que signifiait le fait de ne pas être du côté d’un mouvement largement organisé par des jeunes producteurs racisés* au sein de mon entreprise.” De son côté, Sruthi écrit : “Je n’ai pas assez prêté attention aux personnes racisées avec moins de pouvoir que moi à Gimlet, et j’aurais dû utiliser mon influence pour les soutenir et les aider à avancer.”

Alex Goldman, co-fondateur de Reply All, s’est exprimé directement sur le flux du podcast : la production de The Test Kitchen est définitivement arrêtée ; les deux derniers épisodes ne sortiront donc jamais. L’émission elle-même est mise en pause. “Nous comprenons maintenant que nous n’aurions jamais dû diffuser cette série, et le fait que nous l’ayons fait est un échec éditorial systémique”, explique-t-il. Il ajoute que “PJ et Sruthi ont tous les deux décidé de quitter l’équipe de Reply All” (selon un e-mail interne de Lydia Polgreen, responsable du contenu, Sruthi avait déjà prévu de quitter l’émission après la série pour poursuivre d’autres activités au sein de Gimlet).

En 2015, le fondateur de Gimlet Media, Alex Blumberg, s’interrogeait déjà sur le manque de diversité au sein de son entreprise. Dans un épisode de StartUp, podcast documentaire consacré aux coulisses de la création du média, il admettait que sur 27 employés, 24 étaient blancs. C’était à lui, dirigeant d’entreprise, que revenait la tâche de travailler activement à la diversification de son personnel et de créer les conditions pour que ses salariés non-blancs se sentent à l’aise sur leur lieu de travail. Ces intentions louables ont pris, par la suite, des allures de fausse promesse.

Il y a quelques jours, Alex Goldman a rappelé sur Twitter que “Reply All n’est pas, et n’a jamais été, juste Alex et PJ. Cette émission est réalisée par un groupe de personnes incroyablement talentueuses.” Avant d’ajouter : “Je pense que que nous avons encore beaucoup d’histoires à raconter.”

*Dans cet article, l’expression “of color” des citations en langue anglaise a été traduite par “racisé”.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.